Médicaments en ligne : près de 4 000 vendus sans ordonnance

Médicaments en ligne : près de 4 000 vendus sans ordonnance

La pharmacie en ligne devient de plus en plus une alternative pour nombre de personnes ayant besoin de soins. En France, alors que l’autorisation de vente de médicaments en ligne concernait 450 produits en décembre 2012, leur chiffre est passé à près de 4 000 l’année dernière.

Entrée en vigueur depuis le 12 juillet 2013

L’arrêté du Ministère de la Santé, en date du 12 juillet 2013, spécifie que la pharmacie en ligne constitue le “prolongement virtuel” d’une pharmacie physique. En ce sens, la fonction de vente de médicaments en ligne relève d’une activité professionnelle rigoureusement encadrée par la loi. Par ailleurs, cet arrêté ministériel a augmenté le nombre de médicaments autorisés à la vente en ligne de 450 articles à environ 4 000 produits.

A noter qu’il s’agit uniquement de médicaments qui ne nécessitent pas la prescription médicale, c’est-à-dire une ordonnance. Cette dernière mesure vise à prévenir l’utilisation éventuelle de produits de contrefaçon, car un médicament est censé contenir des principes actifs thérapeutiques.

De ce fait, il ne peut pas circuler comme n’importe quel autre produit “commercialisable”. Pour ouvrir une pharmacie en ligne, le pharmacien qui dispose d’une officine physique doit obtenir une autorisation du directeur général de l’agence régionale de santé où est implantée la pharmacie.

Les bonnes pratiques à retenir

Tout pharmacien, qu’il vende directement en officine ou via Internet, est tenu de respecter les règles de sa profession. Ainsi en est-il du devoir de conseil, du respect du secret professionnel, tout comme le fait de ne pas inciter le patient à consommer les médicaments de manière abusive. Le site de la pharmacie doit indiquer clairement les informations relatives aux médicaments mis en vente.

En ce sens, il s’agit du nom commercial du médicament ou bien de ses indications thérapeutiques, la nature de présentation (sachets, comprimés, boîtes ou gélules, etc.), le nombre d’unités de prise ainsi que le prix. Par ailleurs, la notice ainsi que les précautions d’emploi, la posologie doivent apparaître en format imprimable. La sécurisation des patients passe aussi par l’apparition sur le site de la pharmacie d’un lien vers le site de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Sont prohibés les forums de discussion ou tout autre lien menant vers des sites d’entreprises pharmaceutiques. Le nombre important de médicaments vendus en ligne justifie aisément ces diverses précautions.